L’Impérial Kikiristan

Écrire POUR le(s) public(s)

http://www.kikiristan.com

L’orchestre Imperial Kikiristan s’est formé en 2006, après plusieurs tournées autogérées à caractère social à travers l’Amérique du Sud, les Balkans et la Turquie avec pour axes musique, improvisation & théâtre et comme point commun un univers débridé (le pays imaginaire du Kikiristan) et un même langage artistique.

Le lien entre l’orchestre et l’association les Enfants Phares est à la fois humain et artistique : Florian Vidgrain, est tout à la fois un des directeurs artistiques de la compagnie et l’un des directeurs artistiques de l’orchestre.

L’association les Enfants Phares ayant besoin de développer son réseau au-delà de son territoire, l’orchestre Imperial Kikiristan ayant besoin de se structurer dans la forme juridique : une nouvelle collaboration est née.

C’est donc au sein de l’association les Enfants Phares que l’orchestre impérial Kikiristan crée désormais ses projets.

L’association bénéficie ainsi de partenaires de créations inédits (nouveaux lieux de résidence etc.) et d’une ouverture sur le national et l’international, l’orchestre Imperial Kikiristan ayant réalisé plus de 1500 représentations dans 30 pays, ainsi que 4 albums et 6 spectacles.

Après Fantaisies Kikiristanaises (2019) une nouvelle création voit le jour JümeläG en 2021.

Depuis maintenant une douzaine d’année, l’Imperial Kikiristan sillonne les rues et scènes du monde entier… et après chaque représentation, la réaction des spectateurs est la même : « le Kikiristan : Mythe ou Réalité ». Et c’est souvent hors scène que se déroule la partie la plus incongrue de de nos spectacles.
Entre crédulité et méfiance, le spectateur vient nous questionner sur l’existence du pays, le contexte géopolitique, les traditions, la localisation de ce micro-état, la langue. Et c’est par une multitude de réponses détournées que nous faisons exister cette fable avec eux.
Cette imposture n’est possible que par une confiance absolue dans la crédulité du spectateur, et le fait de lui renvoyer sa méconnaissance pour le Kikiristan. « Tu ne connais pas Kigrad, la capitale du Kikiristan ? Tu sais moi sais très bien situer Paris… » et de jouer à notre tour sur les clichés que le peuple français renvoie… comme un jeu de miroir déformant.
Au-delà des anecdotes de spectateurs, pourtant plus incroyables les unes que les autres, nous voulons questionner sous couvert de comédie une autre problématique : au-delà d’un exotisme intriguant pour une culture différente, la France est-elle toujours synonyme de terre d’accueil ?
En « imposant » un jumelage entre notre pays imaginaire et une ville française lambda, évidemment non préparée à voir débarquer une délégation officielle pour un jumelage, quel sera finalement l’accueil réservé ? Quelle distance sociale, sanitaire, morale, parviendront nous à conserver ? L’Imperial Kikiristan est déterminé à dormir chez vous ce soir…

A retrouver en tournée en France cet été! toutes nos dates sur l’agenda